Secteur Namur-Hippodrome : Montréal propose un quartier innovant, centré sur la mobilité durable, la mixité sociale et l’environnement

Montréal, le 4 octobre 2019 – La Ville de Montréal dévoile aujourd’hui sa vision du quartier Namur-Hippodrome, qui sera soumise, dès cet automne, à une consultation publique pilotée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

Dernier terrain vacant d’une telle ampleur parmi les secteurs centraux de Montréal, le site de l’ancien hippodrome représente une occasion en or de redéfinir l’aménagement des quartiers en fonction des principes de transition écologique et des besoins de la population qui choisit d’y vivre. Montréal entend ainsi développer un quartier innovant, mixte, carboneutre et centré sur la mobilité durable, ont souligné la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le responsable de l’urbanisme, de la mobilité et de l’Office de consultation publique de Montréal au comité exécutif, Éric Alan Caldwell.

Pour assurer le succès de ce nouveau quartier, les abords de la station de métro Namur devront également être transformés et l’offre en transport collectif devra être bonifiée afin d’améliorer l’accès et les conditions de déplacements en transport actif et collectif.

« À l’heure de l’urgence climatique, il importe de repenser le développement de notre ville afin qu’il se conjugue avec la transition écologique que nous amorçons. Le quartier Namur-Hippodrome nous offre un canevas de possibilités que nous souhaitons saisir pour créer un quartier exemplaire qui se démarquera par son unicité et son avant-gardisme, tant en matière d’habitation, de mobilité, que d’aménagements », a déclaré la mairesse, Valérie Plante.

L’écologie urbaine fait partie de l’ADN du quartier résilient imaginé par la Ville de Montréal pour le secteur Namur-Hippodrome. Un verdissement massif est ainsi prévu pour réduire les îlots de chaleur et améliorer la qualité de l’air, l’aménagement du quartier sera centré sur la mobilité durable, le recours aux énergies propres sera systématique, l’efficacité énergétique des bâtiments sera éprouvée et une réduction de la consommation d’eau est prévue grâce au recours à une gestion écologique des eaux de ruissellement.

« En plus d’être vert, ce nouveau quartier répondra aux besoins de toutes les Montréalaises et Montréalais qui cherchent des milieux de vie complets pour vivre, travailler et se divertir. De nombreux logements sociaux, communautaires et abordables seront construits, tout comme de grands logements pour les familles. Les jeunes et moins jeunes, les personnes aînées et les familles auront accès, à même leur quartier, à tout ce dont ils ont besoin au quotidien : des écoles, des garderies, des lieux de diffusion culturelle, des commerces, des services de proximité, des espaces publics animés, des bureaux. Les aménagements sécuritaires et invitants qui y seront bâtis feront de ce quartier un lieu inclusif soutenu par une cohabitation exemplaire », a expliqué Éric Alan Caldwell.

À terme, quelque 6000 logements pourraient être construits sur le site de l’ancien hippodrome et aux abords de la station de métro Namur. « Ce secteur, centré sur l’automobile depuis près de 50 ans, est mûr pour un changement de paradigme. La lutte que nous devons mener contre les changements climatiques nous force à explorer de nouvelles possibilités pour rendre le développement de Montréal plus vert, plus résilient et plus durable. Nous sommes prêts à réfléchir à l’avenir de notre ville autrement, et nous sommes convaincus que les Montréalaises et les Montréalais le sont aussi », a conclu la mairesse Valérie Plante.