Nouveau programme d’agriculture urbaine : faire pousser les jardins dans le Sud-Ouest

Montréal, le 1er novembre 2017

 DNlb0OBW0AAAyT8.jpg

Le programme d’agriculture urbaine de l’équipe de Projet Montréal dans le Sud-Ouest propose une formule novatrice misant sur des partenaires privés et institutionnels pour décupler les opportunités de jardinage. « Dès l’été prochain, plus de gens pourront jardiner dans tous les quartiers de l’arrondissement », s’est réjoui le maire Benoit Dorais.

La politique s’articulera autour de 3 enjeux : la sécurité alimentaire, qui est l’élément central, l’éducation et la socialisation. « Si les jardins permettent d’avoir accès à des légumes frais à faible coût, ils constituent aussi des lieux de socialisation intergénérationnels et interculturels. Ils contribuent à améliorer la qualité de vie dans nos quartiers et à bâtir une ville à échelle humaine », a indiqué Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal.

Les terrains municipaux seront les premiers occupés. Ainsi, les parcs Vinet, Saint-Jean-Bosco, du Lac-à-la-Loutre et Campbell-Ouest accueilleront leurs premiers bacs, dont les dimensions permettront de faire de véritables récoltes.

 

Des partenaires privés

L’idée a rapidement conquis plusieurs acteurs qui se sont mobilisés autour du projet. Le chef du restaurant Joe Beef, David McMillan, a répondu présent. « L’été prochain, toute mon équipe embarquera avec moi dans l’aventure du jardin au parc Vinet! Ma passion, c’est de nourrir les gens avec des produits frais et il me fera plaisir de partager mes connaissances avec les jeunes des jardins. » Ce dernier proposera une série d’activités éducatives pour les jeunes, ajoutera un volet verdissement de la ruelle adjacente et réfléchit à l’organisation annuelle d’un marché fermier.

 

Un appui de taille

David McMillan a profité de l’occasion pour donner son appui à Valérie Plante comme première mairesse de Montréal. « Nous avons besoin de quelqu’un centré sur les besoins des citoyens et plus soucieux des dépenses publiques. Je suis certain que Valérie appuyée de Benoit au Comité exécutif feront une équipe formidable », a-t-il ajouté.

 

Des partenaires institutionnels et communautaires

Des ententes avec des écoles ou des églises seront également conclues. Par ailleurs, on demandera la collaboration d’organismes partenaires et expérimentés comme l’éco-quartier Sud-Ouest et Pro-vert Sud-Ouest. Groupes d’âge d’or, associations de locataires, regroupements de voisins pourront proposer également un projet ou occuper un nouveau site. « Outre fournir les infrastructures nécessaires, l’Arrondissement pourra moduler son aide selon les circonstances, les besoins exprimés et les projets déposés, que ce soit pour des projets transitoires ou plus durables sur ces terrains », a expliqué le maire du Sud-Ouest.

Cet engagement  répond au Plan local de développement durable 2017-2020 d’appuyer les initiatives citoyennes d’agriculture urbaine sur les terrains publics et privés de même qu’au Plan d’action intégré de développement social 2016-2020 qui veut favoriser l’utilisation des jardins collectifs et communautaires pour assurer la sécurité alimentaire, par exemple en consolidant les ententes d’utilisation de terrains.

En septembre 2016, l’Arrondissement avait préparé le terrain à ce type de projet en modifiant sa réglementation afin de stimuler davantage la pratique de l’agriculture urbaine. L’arrondissement autorise depuis un usage transitoire pour des jardins collectifs éphémères sur l’ensemble des terrains non construits et non occupés de l’arrondissement. Les terrains vacants privés pourraient aussi être utilisés pour l'agriculture avant la réalisation d'un projet. 

Please check your e-mail for a link to activate your account.