Lettre de Valérie Plante : Faire de Montréal une ville avec une place pour chacun

« La ville est pourtant ce qui compte le plus, qui doit compter le plus. Parce que rien n’est plus nous-mêmes que ça. Quand elle change, c’est nous qui la faisons changer. »

Le poète Eugène Guillevic a saisi, en quelques mots, toute la force qui anime les villes et leurs populations, mais aussi l’ambition que nous devons avoir pour transformer nos villes en des lieux qui nous ressemblent.

Il y a maintenant deux ans, cette ambition a permis à notre équipe d’obtenir la confiance des Montréalaises et des Montréalais. Aujourd’hui, je vous confirme qu’elle guide plus que jamais chacune de nos actions afin de faire de Montréal la ville de tous les possibles. Une ville où chacun d’entre nous trouve sa place.

Au cours des deux dernières années, notre administration n’a pas hésité à proposer des changements majeurs pour le bien commun, guidés par nos quatre priorités.

En habitation, nous avons choisi de mettre le logement social, abordable et familial au cœur du développement de Montréal. Nous nous sommes dotés de nouveaux outils pour offrir aux Montréalais des logements qui répondent à leurs besoins. Nous nous sommes aussi assurés que le développement de nouveaux quartiers à Montréal serait bien ancré dans le XXIe siècle. L’entente que nous avons conclue pour l’aménagement des terrains de la brasserie Molson – qui permettra de donner accès aux berges, en plus de prévoir des espaces verts et une école – tout comme la vision que nous proposons pour le site Namur-Hippodrome – qui deviendra le premier quartier à faible émission de Montréal – en sont la preuve tangible.

En environnement, l’urgence d’agir pour lutter contre les changements climatiques nous motive à poser des gestes forts. C’est ainsi que nous avons entièrement repensé le développement du territoire montréalais afin de protéger les derniers espaces verts de l’île de Montréal. De ce changement de paradigme est né le Grand parc de l’Ouest, dont la taille sera huit fois celle de Central Park. Nous avons aussi choisi d’agir dans le domaine de la consommation en mettant fin au gaspillage alimentaire et vestimentaire, ainsi qu’à l’utilisation d’articles de plastique à usage unique.

DÉPLACER PLUS DE MONTRÉALAIS

En matière de mobilité aussi, nous avons dû sortir du cadre pour trouver des moyens pour déplacer plus de Montréalais, plus efficacement. Mais nous partons de loin. Le sous-investissement en transport collectif est réel et dure depuis une trentaine d’années déjà. Nous savons pourtant que la transition écologique doit se faire par le transport à l’échelle de la communauté métropolitaine. C’est pourquoi nous avons mis sur pied des initiatives fortes. Comme vous, j’ai hâte de voir rouler les 300 nouveaux autobus hybrides, d’assister à la mise en service du REM, de voir la ligne bleue rejoindre Anjou, et de monter à bord du SRB Pie-IX.

Mais les besoins sont si grands que nous ne pouvons pas nous arrêter là. Nous continuerons donc de travailler d’arrache-pied pour donner vie à de grands projets de transport actif et collectif, dont le Réseau express vélo, la ligne rose et le tramway de la rue Notre-Dame.

Enfin, dans le domaine du développement économique, Montréal n’a pas eu peur d’innover en mettant en place des mesures concrètes visant à alléger le fardeau de nos commerçants locaux.

Notre administration a ainsi réduit de 10 % le taux de taxation sur la première tranche de 500 000 $ des immeubles non résidentiels, ce qui a permis à 90 % des commerçants de profiter d’une baisse de taxes.

Montréal est aussi devenue la première ville au Canada à se doter d’un programme d’aide financière pour les commerçants affectés par des travaux majeurs. Mais les défis demeurent grands à l’heure des changements d’habitudes de consommation qui s’opèrent à travers le monde. Soyez toutefois assurés que nous ne ménagerons aucun effort pour soutenir le dynamisme de nos artères commerciales.

Toutes ces transformations sont nées d’une volonté de faire de Montréal une ville plus inclusive, où il fait bon vivre, travailler et investir. C’est la proposition que nous vous avons faite en 2017 et qui devient réalité un peu plus chaque jour grâce aux efforts de notre équipe.

MODIFIER NOS HABITUDES

Cela implique non seulement des changements dans les priorités et les façons de faire de la Ville, mais aussi des modifications dans nos habitudes de vie. Rappelons-nous que 500 000 personnes ont marché dans les rues de Montréal le 27 septembre pour demander des actions concrètes pour lutter contre les changements climatiques. Nous répondons présents et sommes prêts à aller encore plus loin pour faire de Montréal un modèle à suivre en matière de développement, de mobilité et d’économie.

Au cours des deux prochaines années, les transformations vont s’accélérer. Et ces transformations, je veux les faire avec vous. La force du nombre est un puissant moteur de changement. Elle nous permettra de faire de Montréal une ville modèle, où toutes et tous peuvent se reconnaître.

 

Valérie Plante, mairesse de Montréal et cheffe de Projet Montréal

Please check your e-mail for a link to activate your account.