Projet Montréal propose que la Ville de Montréal devienne une Communauté bleue

Montréal doit être une leader en matière de protection et de promotion de l’eau potable, selon Projet Montréal. 

« Nous avons la chance d’avoir une eau potable de grande qualité, mais nous avons tendance à la tenir pour acquise. Il est temps d’agir pour démontrer que l’eau est effectivement une priorité pour Montréal et que la Ville est prête à poser des gestes concrets pour la protéger et la mettre en valeur », a déclaré Sylvain Ouellet, porte-parole de l’Opposition officielle en matière de développement durable.

L’usine Pointe-Claire de la Ville de Montréal a obtenu, en 2016, la note maximale de cinq étoiles au programme d’excellence en eau potable du Réseau Environnement et les Montréalais devraient en être fiers. C’est pourquoi Projet Montréal souhaite que la Ville de Montréal devienne une Communauté bleue. Le​ projet​ Communautés bleues ​est une​ initiative conjointe​ du Blue Planet Project,​ ​du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et du ​Conseil des Canadiens, appuyée par la Coalition Eau Secours!. Le projet prévoit que les municipalités qui s’y joignent reconnaissent l’eau comme un droit de la personne, fassent la promotion des services d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées et interdisent la fluoration de l’eau potable.

« Une reconnaissance municipale du droit à l’eau permettrait de protéger les Montréalais contre une fixation des prix qui limiterait l’accès à l’eau potable. Elle  permettrait aussi de veiller à ce que tous les résidents aient accès à des quantités suffisantes d’eau potable, de fournir aux citoyens des renseignements sur leur approvisionnement en eau et de promouvoir la conservation et la réutilisation de l’eau ainsi que la protection des sources d’eau. Les Montréalais en sortiraient grands gagnants », a expliqué Sylvain Ouellet.

Abdul Pirani, porte-parole du chapitre Montréal du Conseil des Canadiens, rappelle que les municipalités membres des Communautés bleues doivent bannir la vente d’eau embouteillée dans les établissements publics et lors d’événements municipaux. « La Ville de Montréal produit une eau de qualité formidable et facilement disponible. Rien ne peut y justifier l’offre d’eau embouteillée. Montréal doit promouvoir l’eau potable qu’elle produit », a-t-il soutenu. Le projet prend d’ailleurs de l’ampleur à l’échelle mondiale. La Ville de Paris est notamment devenue une Communauté bleue en mars 2016.

Les Communautés bleues s’engagent également à bannir la fluoration de leur eau potable. « La fluoration de l’eau soulève des enjeux éthiques, légaux et de santé publique. Les produits de fluoration ne sont pas homologués ni réglementés par Santé Canada. Ils sont toutefois  classés “produits toxiques dangereux” par Environnement Canada et leurs impacts sur la santé humaine, dont la fluorose dentaire, sont abondamment documentés scientifiquement. De plus, nous ignorons toujours les effets de cette pratique sur la flore et la faune, où les produits de fluoration se retrouvent en majorité », a expliqué Ariane Cimon-Fortier, directrice générale de la Coalition Eau Secours!.

Une motion de l’Opposition officielle à ce sujet sera débattue au conseil municipal d’aujourd’hui. « La propriété et l’exploitation publique des réseaux d’alimentation en eau et de traitement des eaux usées ont amélioré l’accès et la qualité de l’eau au cours des 100 dernières années. Il est maintenant temps de passer à la vitesse supérieure et de nous assurer de protéger cette ressource inestimable », a conclu Alex Norris, conseiller de Jeanne-Mance.

Pour consulter les détails de la motion, cliquez ici : http://bit.ly/communauté-bleue.

Renseignements : Marie-Eve Gagnon, directrice de cabinet de l’Opposition officielle à la Ville de Montréal, 514 872-0247 / 514 516-3120, marie-eve.gagnon@ville.montreal.qc.ca

Please check your e-mail for a link to activate your account.