REM : « Oui, mais pas à n’importe quel prix », dit Projet Montréal

Deux élus de Projet Montréal présenteront, aujourd’hui, les recommandations du parti pour le projet de réseau électrique métropolitain (REM) de la CDPQ Infra dans le cadre des audiences publiques du BAPE. 

« Nous avons devant nous le plus important projet de transport public pour la région de Montréal depuis la première phase du métro de Montréal. Il faut s’assurer qu’il soit bien ficelé, et surtout qu’il soit bénéfique pour les Montréalais », a expliqué Craig Sauvé, porte-parole en matière de transport et conseiller dans Le Sud-Ouest.

Projet Montréal voit d’un bon œil tout projet d’investissement massif dans la région de Montréal, mais rappelle que de nombreux éléments fondamentaux du projet de REM doivent encore être clarifiés ou bonifiés, notamment en ce qui a trait à la gouvernance, au financement, à la tarification, ainsi qu’au niveau de la propriété des actifs et de la connexion du projet aux réseaux existants. « Pour nous, il est clair que des réponses, mais surtout des garanties, doivent être obtenues avant que le projet n’aille de l’avant. Contrairement à Denis Coderre, nous ne sommes pas prêts à dire oui quasi aveuglément, alors qu’autant de questions demeurent sans réponse », a ajouté Sylvain Ouellet, porte-parole en matière d’environnement et conseiller de François-Perrault.

Parmi les aspects du projet qui demeurent nébuleux, Projet Montréal s’inquiète entre autres des tarifs qui seront imposés et de la réalisation des trois stations potentielles de Montréal. « En date d’aujourd’hui, la réalisation et le financement des trois stations sur le territoire de Montréal ne sont pas assurés. « Le maire semble se contenter de demander la réalisation des stations à Montréal sans s’assurer d’obtenir le financement nécessaire. Ces stations ne devraient pas être optionnelles, mais elles auraient dû constituer un prérequis à l’adhésion de la Ville au projet. Il n’est pas normal que Montréal ait abdiqué de ses responsabilités en matière de planification des transports à un tel point qu’elle doive quémander de la sorte », a poursuivi Sylvain Ouellet.

Voici les recommandations de Projet Montréal pour le projet de REM :

  • Mettre en place un mécanisme pour que la CDPQ Infra (REM) soit assujettie formellement à l’Autorité régionale des transports métropolitains (ARTM);
  • Maintenir dans le domaine public les emprises de transport;
  • Obtenir la garantie que les actifs de la CDPQ Infra devront d’abord être offerts au gouvernement du Québec en cas de cession du réseau, en tout ou en partie;
  • Maintenir la propriété publique du tunnel du mont Royal et mettre en œuvre une structure à responsabilité partagée pour assurer la cohabitation des réseaux;
  • Assurer la réalisation des stations montréalaises en lien avec le métro : la station McGill et la station Édouard-Montpetit (Université de Montréal);
  • Planifier et réaliser une station du REM dans le secteur Griffintown;
  • Garantir qu’une portion du financement des gouvernements sera réservée aux projets de prolongement du métro de Montréal;
  • Revoir l’antenne de l’Ouest du REM pour maintenir l’achalandage de la ligne de train Vaudreuil-Hudson et éviter l’empiètement dans les derniers espaces naturels de l’île de Montréal.

La présentation des élus de Projet Montréal aura lieu ce soir, à 19 h.

Pour télécharger le mémoire, cliquez ici.

Informations : Simon Delorme, agent de liaison et responsable des communications de Projet Montréal, 514-390-0792 poste 320, simon.delorme@projetmontreal.org

Please check your e-mail for a link to activate your account.