Projet Montréal veut se doter d’outils pour lutter contre la spéculation immobilière étrangère

Taxe à la spéculation

Montréal, le mercredi 3 mai 2017 – Projet Montréal souhaite obtenir les outils nécessaires pour lutter contre une possible surchauffe immobilière, comme celle qui a frappé Vancouver et Toronto. L’Opposition officielle demandera à Québec d’amender la Loi concernant les droits sur les mutations immobilières afin que Montréal puisse imposer une taxe aux acheteurs étrangers sur les achats immobiliers résidentiels.

« Le marché immobilier de Montréal est encore sous contrôle, mais nous devons aller chercher les outils pour prévenir le problème, plutôt que de l’encadrer lorsqu’il sera trop tard. Il y a clairement eu un effet domino, qui a enflammé le marché de Vancouver à Toronto. Il est donc de notre devoir de nous y préparer, afin d’éviter de nous retrouver avec de graves problèmes d’accessibilité au logement causés par une flambée des prix soutenue par la spéculation étrangère », a déclaré Valérie Plante, cheffe de l’Opposition officielle.

Montréal a constaté, entre janvier et octobre 2016, une hausse de 62% du nombre d’acheteurs étrangers de copropriétés. Au centre-ville de Montréal, le taux de propriétaires étrangers s’élève déjà à 5%, ce qui correspond à la situation dans le centre-ville de Vancouver. « Les experts ont remarqué un déplacement des acheteurs étrangers de Vancouver vers Toronto à la suite de l’entrée en vigueur de la taxe de 15%. Le même phénomène peut être envisagé à Montréal lorsque Toronto imposera, à son tour, une taxe aux acheteurs étrangers, notamment en raison de la faiblesse du dollar canadien. Nous devons nous préparer à faire face à la spéculation pour éviter que les familles montréalaises ne soient plus en mesure d’accéder à la propriété », a indiqué François W. Croteau, maire de Rosemont–La Petite-Patrie.

Déjà en 2011, un Montréalais sur cinq consacrait plus de 50% de son revenu pour se loger. « Nous avons l’occasion de prendre les devants et d’assurer aux familles montréalaises l’accès à un logement sain et à un prix raisonnable. Ne répétons pas les erreurs de Vancouver et Toronto, qui ont trop attendu avant de réagir. Agissons dès maintenant », a conclu Valérie Plante.

L’Opposition officielle présentera, lors du conseil municipal du 15 mai, une motion pour réclamer le pouvoir d’instaurer une taxe sur la spéculation immobilière étrangère. Pour en connaître les détails, cliquez ici.

 

Renseignements :

Marc-André Viau, attaché de presse, Opposition officielle à la Ville de Montréal 514 872-1108 / 514 245-6838 marc-andre.viau@ville.montreal.qc.ca

Please check your e-mail for a link to activate your account.