Un cinquième immeuble patrimonial disparaît cette année en raison de l’inaction de la Ville de Montréal

L’édifice Robillard, qui a abrité le premier cinéma au Canada, a été détruit par le feu aujourd’hui. Projet Montréal dénonce qu’une telle situation se répète sur une base régulière. En effet, des immeubles patrimoniaux vacants ou laissés à l’abandon sont régulièrement la proie des flammes. En 2016, il s’agit du cinquième incendie visant un bâtiment patrimonial.

« Le laisser-aller des propriétaires est encouragé par l’inaction de la Ville de Montréal. Il est rare que des gestes soient posés à l’encontre des propriétaires négligents. L’édifice Robillard a été laissé à l’abandon longtemps avant de céder sous les flammes. Où était la Ville pendant tout ce temps? », demande Anne-Marie Sigouin, porte-parole de l’Opposition officielle en matière de patrimoine.

Un inventaire des bâtiments vacants à bâtir

« En ce moment, la Ville ne possède toujours pas un portrait complet de l’ensemble des immeubles vacants sur son territoire. Elle ne connaît ni la raison de leur vacance ni leur état de dégradation », poursuit Anne-Marie Sigouin. La conseillère de Saint-Paul–Émard  fait d’ailleurs remarquer que l’édifice Robillard ne faisait pas partie de l’inventaire des bâtiments vacants de l’arrondissement de Ville-Marie. « Comment peut-on prétendre se préoccuper du patrimoine si nous n’avons pas les outils les plus élémentaires pour le protéger? », ajoute-t-elle.

Un règlement inefficace et inappliqué

Le règlement sur l’entretien des bâtiments, qui constitue le principal moyen d’encadrement des bâtiments vacants à Montréal, est peu appliqué et trop peu contraignant à l’égard des propriétaires négligents. « À cause du manque d’inspecteurs dans plusieurs arrondissements, les inspections ne sont pas assez fréquentes et les pénalités prévues pour un propriétaire négligent ne sont pas suffisamment sévères. Aucun propriétaire ne prend ce règlement au sérieux et cette situation est particulièrement préoccupante dans Ville-Marie, où on compte un grand nombre de bâtiments d’un grand intérêt patrimonial », souligne Valérie Plante, conseillère de Sainte-Marie.

Chicago : un exemple à suivre

La Ville de Chicago se démarque par sa gestion exemplaire des bâtiments et locaux vacants. Un registre obligatoire de tous les bâtiments vacants est mis à jour en temps réel; les coordonnées du propriétaire d’un bâtiment sont toujours clairement visibles sur le bâtiment; des inspections sont réalisées régulièrement pour en assurer la sécurité, et parfois la présence d’agents de sécurité est imposée. « À Chicago, les inspecteurs se rendent à l’intérieur des bâtiments vacants pour les analyser, des plans sont produits et des amendes salées – 500 $ à 1000 $ par jour – sont imposées pour toute infraction d’un propriétaire au règlement. On est loin de l’approche laxiste de Montréal », conclut Anne-Marie Sigouin.

Voici la liste des immeubles à valeur patrimoniale qui ont été la proie des flammes en 2016 :

  • 659, rue Wellington (Vieux-Montréal)
  • 649, rue Wellington (Vieux-Montréal)
  • 91, rue King (Vieux-Montréal)
  • 5227, boulevard Décarie (théâtre Snowdon)

Renseignements : Marie-Eve Gagnon, attachée de presse, Cabinet de l’opposition officielle, 514 872-0247 / 514 516-3120, marie-eve.gagnon@ville.montreal.qc.ca

Please check your e-mail for a link to activate your account.